NECESSITE D’UNE TRANSITION NUMERIQUE

 

Le District de Bamako a réaffirmé son appartenance au réseau des 12 Villes africaines membre du réseau ASToN (African Smart Town Network), une initiative de l’Agence Française de développement (AFD) et du réseau européen URBACT. Cette information était le seul point inscrit à l’ordre du jour de la 2èmesession extraordinaire du conseil du District, tenue le mardi 25 février 2020, à l’Hôtel de ville.

La constitution d’un réseau de villes africaines autour des enjeux de la transition numérique favorise les échanges et la coopération entre villes du Sud.

Au cours de cette session, le 1erAdjoint au maire du District de Bamako, M.Harimakan Keïta, a expliqué qu’il est du devoir des collectivités territoriales d’aller progressivement vers cette transformation porteuse d’opportunités et surtout d’évoquer des sujet comme la fracture numérique, l’exclusion numérique, le changement d’usages et les besoins en infrastructures sur le long terme. C’était en présence des conseillers du District, et l’Agence du Développement Régional de Bamako, désignée point focal pour le compte du District de Bamako.

De toute évidence, une des motivations de la participation de la ville de Bamako est d’amorcer au sein de son administration les défis de la transition numérique et de ne pas rester en marge de cette mutation pouvant rendre sa gestion plus efficiente et surtout d’approcher d’avantage l’administration de ces usagers.

Concernant le thème retenu pour Bamako , qui est : E-gouvernance, E-fiscalité. ; le 1erAdjoint au Maire ne s’est guère réjouit des réalités :  insuffisances et  beaucoup d’intermédiaire dans la mobilisation des ressources fiscales. Selon lui, « fautes d’instruments efficaces. « Nous n’arrivons pas à recouvrir que 96 millions de FCFA sur une prévision de 7,2 milliards, uniquement au niveau des TDRL (Taxes de développement régional et local) » a-t-il regretté. Ce constat est valable au niveau des autres taxes et redevances en matière de potentiel existant estimé et de nos réalisations.

Pour rappel, la ville de Bamako à travers le Maire a manifesté son intérêt à participer au concours avec ses pairs africains pour adhérer au réseau.

Par Mohamed DIAWARA, Chargé de communication digitale de l’ADR