Présentation commune II

Création & Historique

Trois grandes étapes marquantes de l'histoire de la commune II ne sauront pas se dissocier de l'histoire du District de Bamako. La ville de Bamako a été créée au 16 ème siècle par NIAKATE, NIARE actuel, né dans le cercle de Nioro du Sahel. Elle s'est aménagée sur la rive gauche du Niger entre le marigot Woyowayanko et le marigot Banconi

 Période Pré-coloniale et Coloniale

Le premier quartier créé par le peuple, a développé le village de Bamako, fut Sikoro (l'actuel Sikoroni.

A la colonisation, les nouveaux maîtres occupent le centre commercial de Bamako, comprenant le grand marché et la Dibida. Bamako s'agrandit et les limites initiales de Bamako était la route de Koulouba passant par le grand hôtel, le 1 er arrondissement, la cathédrale jusqu'à l'actuel pont des martyrs. Niarela, Bagadadji, Bozola. Le quartier de Médina est créé en 1919, Socoura l'actuel Missira en 1953. La section I de l'actuel Hippodrome appelé «Daté-Koumana» fut loti en 1970 ..

 De l'indépendance à nos jours

 En lien avec ses fonctions de capitale du Mali et de centre commercial, la ville de Bamako s'est très vite développée. Quinzambougou, en 1960, TSF et Zone industrielle, Bakaribougou en 2002 et Bougouba en 2003.

En 1978, la commune avait été communiquée à Bamako par ordonnance n ° 78-34 CMLN du 18 Août 1978. Avec l'acte politique pluriel sur les événements de mars 1991, la loi N ° 96 025 du 18 février 1996 fixe le statut spécial du district de Bamako avec ses 6 communes.

La commune II de ce découpage administratif pour une meilleure participation des populations au développement local, compte aujourd'hui 12 quartiers: Niarela, Bozola, Bagadadji, Médina Coura, Missira, Hippodrome, Quinzambougou, Bakaribougou, TSF, Zone Industrielle, Bougouba et N 'Gomi.

 Superficie & habitants

La commune II couvre une superficie de 16,81km². Korofina, à l'ouest, à la limite de la route goudronnée Boulevard du peuple passant devant l'IOTA, à travers le grand marché jusqu'au pont des martyrs, au Nord par le pied de la colline du point G et au sud par le fleuve Niger.

 Elle a une population de 147 094 habitants en 2004, selon DRPS du district de Bamako en 2004, soit une densité est de 8653 hbts / km². Elle occupe les 7% de la surface du district de Bamako estimée à 267 km² et représente les 12,4% de sa population.

Les ethnies sont essentiellement composées de Sarakolé, Malinké, Bambara, Dogons, Peuls, Bozos et Maures. Il existe un brassage de cultures avec la cohabitation de ces différentes ethnies.

Climat et végétation

 Le climat est tropical avec 3 saisons qui durent 4 mois en moyenne chacune: 

 la saison des pluies s'étend de Juillet à Octobre.

 la saison froide de novembre à février

 la saison chaude de Mars à Juin.

 Dans le district de Bamako, de 1936 à 1991, le nombre annuel de jours de pluie oscillé entre 67 et 100 jours et une moyenne de 83 jours. Le nombre maximum de jours de pluie au mois de Août. La pluviométrie annuelle à oscillé entre 722,6 mm et 1499 mm de 1936 à 1991 avec une moyenne de 1100 mm.

 La végétation de type Soudano-sahélien est dominée par les grands arbres comme le Caïcédrat, le Karité, les Manguiers. Elle est sérieusement affectée par le coupé, un abus de bois pour les besoins domestiques, les feux de brousse, le pâturage et la sécheresse. Aujourd'hui, les flancs des collines sont attaqués par l'érosion malgré les initiatives de reboisement.

Les dernières décennies de désertification ont pour conséquence la diminution de la pluviométrie. This pluviométrie moyenne est de 905 mm avec 70 jours de pluie entre 1999 et 2004. La température moyenne est de 27,6 ° C avec des externes estimées de 34,8 ° C et 21 ° C.

La commune II n'est pas traversée par un seul cours d'eau. Cependant, elle est limitée dans ses parties sud et nord respectivement par le fleuve Niger et le port de Korofina.

 Patrimoine

 La commune dispose d'un patrimoine immobilier considérable et très divers. Il porte entre les écoles, les terrains de foot, les logements, les espaces verts et les centres d'état civil. Ces biens immobiliers sont des ressources, mais ils sont aussi à la charge des dépenses. II est nécessaire que la commune cherche à acquérir les biens immobiliers pouvant être achetés auprès de la commune des ressources substantielles.

 

ORGANIGRAMME DE LA MAIRIE DE LA COMMUNE II